étrange...

archives...




... Au mois d’août 2020, l’étrange alternative ouvre avec l’exposition de l’artiste résident de l’étrange atelier, Orso:

Profitant de la situation sanitaire, Orso  propose une visite intimiste. Plus de soixantes visiteurs et autant d’échanges humains, ont permis à l’artiste de faire évoluer son travail et présente à l’issu de cette résidence une oeuvre globale.




Pour en savoir plus...














2ème volet de l’étrange alternative avec Monjo au mois de mars 2021.

Cette artiste insulaire nous a offert une expérience d’art global qui à permis à une centaine de personnes de découvrir l’univers qu’elle a su créer. À l’heure où la culture ne semble pas être essentielle, cette artiste dont le besoin de création est viscéral prouve, qu’ en ces temps de distanciation social, il est possible d’offrir au public des contextes permettant d’apprécier l’art dans l’idée du partage qui lui,  est assurément essentiel.





3ème volet de l’alternative, “ANTHROPOSCENE”

Une oeuvre immersive qui digère l’histoire dans laquelle nous nous trouvons encore : l’enfermement.

Un pavillon dont le design imaginé et réalisé par Dume Paolini, ne laisse aucun doute quant à la proposition de perdre notre perception de l’espace et du temps. En son sein une oeuvre filmique nous offrant de nous plonger dans le quotidien de la réalisatrice Julie Perreard, qui de son balcon a posé son regard sur le quotidien enfermé des ajacciens. Le tout lié par l’espace sonore spatialisé à 360°, nous permettant de voyager dans le presque silence du confinement, accompagné par la voix du plasticien qui nous livre un texte personnel et fragile, c’est un voyage immobile dans nos ressentis.


J’ai rencontré un chercheur dont le labo est en danger; un labo-nature dans lequel Orso observe avec enthousiasme et respect les miracles oubliés. Philosophe polymorphe, il semble chercher sans cesse le sens de la vie pour nous en offrir des fragments. Suivre son travail, c’est s’aventurer au creux d’une genèse insolite, étrange univers entre le cosmos et la terre. Orso est un jardinier, il nous cultive. Il fait pousser notre curiosité. Et si pour cela, il lui faut imaginer un jardin, parcourir la montagne, ou mettre la terre en équilibre, il le fera. Il le fera pour nous aider à nous réapproprier nos sens,  pour que nous ayons une chance de nous retrouver en symbiose avec notre planète. Car tout est là finalement et cela est possible, il me l’a dit. L’essentiel de la poésie est là, devant nous dans une feuille, une graine germant, et nous passons à coté sans rien voir. Orso nous aide à retrouver cette acuité que la société moderne nous a volée, ou que nous n’avons su sauvegarder. Et de ces petits zooms sur cette nature discrète, en osmose, il nous livre des images pures. Son travail, c’est l’équilibre, sujet vertigineux et sensible, c’est l’équilibre du minéral à qui il fait oublier son poids, c’est l’équilibre du végétal qu’il suit dans son épanouissement et c’est aussi l’équilibre de l’objet. Ces créations, suspendues, calées, tendues, tissées, mêlées, entremêlées ne livrent que leur grâce et ne laissent jamais rien paraître de leur complexe et laborieux essor. Maintenant elles sont là, paisibles, elles nous invitent à la méditation, alors, méditons.

Dume PAOLINI


photographie //2020// orso©










+++ d’infos









+++ d’infos
Partenaires                                  Information            webradio/LesOndesEtranges