Biographie

Hélène Monjo (née en 1969 à Libourne) vit et travaille en Corse. En 1986, elle débute son apprentissage en école d’architecture d’intérieur MJM, à Nice. Elle y trouve à la fois des influences artistiques riches et des techniques qui la nourrissent.

En 1989 elle rejoint un premier atelier « le Vulcain », sur une péniche privée à Paris. Elle y découvre les notions de base de la peinture en fabricant ses propres huiles à base de pigments. Sa première inspiration est l’eau, elle devient peintre en « Ma- rines ». Elle reproduit alors fidèlement des barques existantes. Barques vides, promesses d’évasion, ou sentiment d’humilité et de solitude face à l’immensité de la mer. Elle s’initie aux tech- niques du portrait et de la sculpture utilisant des matières telles que le bois et le fer.

1995 à 2005 de retour dans la Corse de son enfance, elle expose et vend ses tableaux, utilisant des matériaux de récupération comme support. Elle approfondit la technique de l’huile, des glacis, et de la transparence. L’eau et les barques restent son ex- pression de prédilection. Représentation du réel dans des décors sortis de son imagination: ses acheteurs sont projetés dans la sérénité des scènes présentées dans ses oeuvres.

Elle partage son art sous forme d’expositions collectives et crée son propre réseau de diffusion; elle emporte avec elle les artistes insulaires qui partagent ses valeurs d’indépendance et de liberté.

En 2005 elle entame une recherche plus introspective et met entre parenthèse les expositions collectives. Elle décide de s’af- franchir de l’étape des croquis et abandonne la mise en page. Elle cherche à découvrir le processus créatif sous le mode de l’impro- visation. Elle parvient à l’expression de sa pensée sans prépara- tion ni préméditation. Elle développe une nouvelle technique, une base abstraite faite d’enduits et de pigments, laissant toute liberté au mouvement, aux superpositions et à l’équilibre.

Le décor au sein de ses oeuvres se pose, minéral, inspiré par les rochers de granite corse ou l’écume de la mer.


C’est là que lui apparait une multitude d’étranges personnages, qui semblent émerger du minéral, des matières, des couches d’enduits. Les formes sont suggérées et c’est l’oeil de l’observateur qui dessine un visage, un regard, une posture d’apparence hu- maine. La représentation de cette humanité vibre des émotions et sentiments de l’observateur lui-même. L’expression des senti- ments passe par l’altérité et la rencontre de l’autre.

Elle semble poser cette question : seuls, serions nous capables de sentiments ? Doucement elle révèle le fond de sa pensée, sincère et personnelle.

Au fil des années, elle a également participé, conçu et aménagé des espaces de vie, que ce soit chez des particuliers (en décora- tion intérieure) ou des collectifs, tels que des restaurants, bars, lieux d’expositions et concerts. L’intégration d’espaces humains au sein d’espaces naturels connectée à l’environnement et sa vibration lui ont permis de créer et faire vivre des lieux emblé- matiques de Corse du Sud.

La sculpture, en plus de la peinture revient à présent sur le devant de la scène.